Calcul de prévisions de propagation HF

Cette page (expérimentale) utilise le logiciel ICEPAC pour le calcul de conditions de propagation des ondes HF à la surface du globe.
Dans un premier temps, VOACAP (AREA) a été utilisé, mais il ne prenait en compte aucun des paramètres géomagnétiques influant parfois significativement sur ce type de calcul.

La suite VOACAP n’est probablement plus ce qui se fait de mieux, mais elle offre l’avantage d’être gratuit. Elle est relativement facile à interfacer avec le web, comme d’autres l’ont fait auparavant (notamment ici : VOACAP online). Ce site est d’ailleurs une vraie mine d’informations sur VOACAP et son paramétrage.
Avec ICEPAC, vous pouvez utiliser un nombre Qe dérivé de l’indice Kp (indice K planétaire), qui donne une idée du niveau des perturbations géomagnétiques qu’une liaison en HF pourrait subir, plus particulièrement dans les latitudes hautes, sur une échelle de allant de 0 à 9.

Pour cet outil de calcul en ligne, l’indice Kp mis à disposition en ligne par le Swedish Institute of Space Physics, toutes les 3 heures.
Les indices SFI (Flux solaire) et Ap sont quant à eux issus des fichiers de données publiés par le Space Weather Prediction Center de la NOAA. Le SSN (Nombre de taches solaires) utilisé pour les calculs est ensuite calculé à partir du SFI. Le nombre Qe est également calculé, mais à partir de Kp. C’est ce nombre qui est utilisé dans ICEPAC.

Aucune base de données des indices utilisés pour cet outil en ligne n’est utilisée pour le moment, ce qui signifie que les indices utilisés pour une date et une heure autres que « actuelles » seront ceux fournis en temps réel. C’est dans la liste des « TODOs »… Pour vous rapprocher du modèle de base « VOACAP », sans prise en compte de l’indice Kp, décochez la case « Utiliser Kp ».

Vous pouvez générer des graphiques sur fond de planisphère pour les paramètres suivants :

  • MUF Maximum Usable Frequency (MHz) : la fréquence maximale utilisable… ;
  • REL Reliability (%) : le pourcentage du temps pendant lequel la puissance du signal reçu par le récepteur se situe au-dessus d’un seuil prédéfini (ici : SNR requis, exprimé en dB) ;
  • SNR Signal to Noise Ratio (dB) : le rapport signal sur bruit à l’entrée du récepteur;

De nombreux paramètres sont ici accessibles, même si certains semblent avoir peu d’influence sur le résultat final. Par exemple, l’indice Qe (de 0 à 8) joue d’autant plus que sa valeur est élevée. Avec une valeur comprise entre 0 et 1, il n’a que peu d’influence.

Les paramètres des antennes utilisables pour les calculs ont été générés avec la suite VOACAP. Mais le comportement de certains modèles me semble peu probable dans la réalité. Parfois, les résultats sont même incohérents. Une base de départ est l’antenne isotrope, en jouant sur la puissance d’émission, le gain de chaque antenne (émission et/ou réception) et l’angle minimal de départ (apparemment applicable à l’antenne d’émission et à celle de réception).

Pour générer les graphiques à partir des fichiers de données générés par ICEPAC, l’ensemble de scripts PythonProp de HZ1JW est utilisé, appelé depuis des scripts PHP sous Apache. Les indices sont automatiquement mis à jour moins de 5 minutes après leur publication sur leur site d’origine.

(to be continued…)

Enfin, vos commentaires sont les bienvenus sur cette page. 73 et bon calcul.

© 2021 Multimode.fr – Blog radiomateur. Tous droits réservés. XHTML / CSS Valide.
Blog sous Wordpress / Thème modifié et traduit par Multimode.fr / Création originale : Theme Junkie.
Valid XHTML 1.0 Transitional DX Zone listed